Le rendez-vous dans Sa cave…

Le rendez-vous est pris.
Ils se connaissent à peine.
5 mois? C’est quoi à côté d’une vie.
Ils se connaissent à peine et pourtant.
Pourtant ils se comprennent.
Ils se sentent.
Ils sont tellement proches.
De cette proximité indescriptible, que seuls les amoureux réellement connectés ne peuvent comprendre.
Certains leurs diront qu’ils se connaissent à peine, mais ils leur répondront « parce que toi, tu crois me connaître? ».
Et tout est là. 
Ils se sont trouvés et ne veulent plus se lâcher. 
Ne plus se lâcher pour pouvoir se lâcher. Dualité hors paire. Ils sont spécialistes.
Spécialistes l’un de l’autre.
Et aujourd’hui, ils ont 13 envie. Aujourd’hui, leurs esprits aiguisés et délicieusement sexuels sont en marche…
Ils se contemplent. Ils se voient. Il la regarde s’approcher.
Elle est à lui. Elle porte autour du cou un simple collier de cuir… Qui le fait frémir dès qu’il l’aperçoit.Elle baisse le regard et sourit. Quant à lui, il la déshabille du regard. Sous le tissu de ses vêtements il devine…
Sa poitrine gonflée, son entre cuisse humide… Des bas et de la dentelle magnifiés par des talons aiguilles.Tout est là devant lui…Il lui tend la main. Elle s’empresse de la saisir, laissant apparaître des attaches surmontées d’anneaux à ses poignets.
Son regard est incandescent.
Elle a les yeux baissés mais une telle présence pour lui.Il lui souffle deux ou trois mots d’amour.
Et même s’ils ne se sont rien promis, leur lien est indéfectible…

Il ouvre la porte. 

image

Un escalier de fer, un couloir étroit et obscur 
Au fond de ce couloir une porte entrouverte 
D’où nous parviennent les accords d’une musique 
Qui en ce lieu parait irréelle… 

Une musique classique dans une salle de jeux étonnante, 
Où se mêle volupté du tissu velour 
Et la Froideur érotique du cuir… 
Au mur, des tableaux étranges des corps de femmes et de lune noire… 
Et des instruments de torture… 

« Où sommes-nous? »
Lui demande t’elle. 
Il reste silencieux et la regarde. 
« As-tu confiance en moi? »
Lui demande t’il.

ELLE est sa Soum, IL est son Dom… 

« Oui »
« Alors entre ».

Elle passe le pas de la porte et flotte littéralement dans l’air. La tension monte. L’atmosphère est électrique…

image

Ils avancent progressivement dans l’obscurité. Seuls des bruits de tuyauterie rappellent la présence rassurante d’humains au dessus de leurs têtes…

Ils s’écoutent respirer.

Leur bulle se referme sur eux… Ca y est. 
Ils sont dans l’autre monde.

image

Encore des escaliers… Ils s’enfoncent sous terre. Loin de toute existence humaine. Les deux seuls humains se seront eux…

image

« Encore quelques marches et nous y sommes… »

Ce dernier escalier est lugubre… 

Il tranche avec la beauté de leurs regards excités l’un pour l’autre.

Il tranche avec la tenue de son Dom, d’une élégance mâlefique. 

Elle fait raisonner ses talons sur le sol recouvert d’un épais tapis de crasse.

L’ambiance est hors du temps, hors du monde, ils sont presque hors d’eux même… Ils pourraient presque se voir comme dans un rêve ou un film de Tarantino.

Ils sont dans leur monde et s’ouvre alors la porte de leurs entrailles…

image

Un monde en parallèle. Un monde joliment lugubre… Lugubrement serein.
LEUR univers.

Ils y sont Rois.

La pièce est sombre et humide… Mais une lueur fait danser leurs ombres sur les murs décrépis.

La lueur réchauffante des Flammes de bougies qui ondulent sous les courants d’air….

image
La température est étonnement douce et contraste avec la froideur de l’ambiance de cette cave lugubre. Au milieu de la pièce une table. Sur la table, bougeoirs et vaisselle d’une blancheur immaculée.Dans les verres, un liquide rouge reflète la flamme des bougies…
image
Des bougeoirs ornent la pièce et donnent une dimension particulière à ce lieu irréel.
http://www.dreamstime.com/stock-photos-candles-wine-cellar-image11968123
Elle remarque immédiatement, barreaux et tuyaux… Son esprit virevolte du soupirail au long tuyau, des anneaux de fer rouillés aux barreaux de la porte qu’elle semble deviner dans le fond de l’alcôve…« Assieds-toi » lui dit il en lui désignant une chaise. Furtivement son regard se pose sur une chaîne épaisse sur le dossier de cette chaise en fer forgé. Elle s’approche et remonte doucement sa jupe pour s’asseoir, tandis qu’il ajuste la chaise de sa princesse. Il est dans son dos. Face à elle les bougies dansent.imageElle sent son souffle dans sa nuque, et frissonne de son envie de ses lèvres sur son cou. Il approche de son oreille et lui demande de mettre ses mains en arrière. D’un geste assuré, il saisit ses poignets. Le cliquetis des chaînes résonne et le « clang » d’un verrou que l’on ferme claque dans le silence.
Elle est désormais poings liés à cette chaise, dos droit, poitrine dressée sous sa chemise soyeuse…
image
Des ombres chinoises pour seuls témoins. Elle se sent fragile et forte à la fois.
A sa Merci mais puissante du désir qu’ELLE fait naître en LUI. Il est le Maître de la cérémonie, elle est la Princesse de ses désirs. Elle ferme les yeux pour savourer ce silence que nul n’ose fendre. Elle sent ses mains effleurer sa peau… Sa joue puis son cou. Son cou puis ses seins.Un frisson lui parcourt le corps et ses tétons pointent sous le tissus qui danse… Il les effleure de son index, un soupir lui échappe. L’échange de pouvoir érotique a commencé… Il dirige. Il dompte ce corps. Il la possède.« Je t’aime » lui susurre-t’il à l’oreille. « Tu es si belle quand tu es à moi ».« Je te veux silencieuse… Je ne veux entendre que le souffle de ton désir et les battements de ton cœur… Tu as compris? »Doucement, Elle hoche la tête…

« Il est temps de passer à table, ma jolie »

Dans la seconde qui suit, le voilà qui s’affaire à poser sur la table des mets de toutes sortes.

Comment mangera t’elle attachée? 

Il maîtrise tout… Le détail de la table, la décoration et l’ambiance. Il maîtrisera aussi sa bouche dans laquelle il enfournera la fourchette, et lui fera téter le nectar de ce vin parfumé.

image

Il prend un malin plaisir à s’asseoir face à elle. Sans un mot. Il la regarde. Amoureusement. Amoureux mais excité par cette situation de dépendance.

Il choisit les aliments, lui fait sentir avant de lui faire ouvrir la bouche et de choisir à quel moment il viendra les déposer sur sa langue aux aguets.

Elle a faim. Elle salive.
Il a faim. Il se délecte.

Il joue avec elle. Avec son regard, avec sa faim, avec ses envies.

Puis il se lève et saisit le verre…

image

« Mets la tete en arrière et ouvre la bouche »

Elle s’exécute… Elle perçoit son regard perçant dans la pénombre. Il brille de mille feux…

Il bascule le verre et délicatement fait couler les goûtes de nectar pourpre dans sa gorge… Puis sur sa joue que lentement il vient lécher…

Il ouvre le chemisier et poursuit l’opération goutte pourpre sur sa poitrine dressée. Il regarde ces goûtes perler sur sa peau lisse… Parfois il en rattrape une du bout de la langue… Langue qui remonte vers les tétons fiers de sa Soumise. Il suçote, il aspire. Il mordille, il pince.

Elle, elle garde le silence. Et n’ose à peine respirer de peur qu’un râle sorte de sa gorge…

Une main s’approche de sa gorge.

« Regarde moi » lui ordonne t’il alors qu’il ressert l’étreinte autour de son cou.
Elle entend son cœur raisonner dans sa tête. Il sert et desserre au gré de ses envies. Il lit en sa Soumise. Il SAIT quand il doit desserrer sa main, tout juste avant que le voile ne tombe…
Elle est en confiance et savoure l’instant terrible, d’une mort qui ne vient pas, de cette torture qui étrangle mais ne tue pas…

Ses mains glissent entre ses jambes, et surprennent la coquine qui se dandine sur sa chaise.

Elle est trempée, il aime maîtriser les effets qu’il a sur son corps. 
Il aime être à l’origine des réactions épidermiques et primaires du corps de sa Soumise.

Doucement il vient attacher ses fines chevilles aux pieds de la chaise, jambes écartées. Offerte. Disponible. Et surtout sans qu’elle puisse bouger…

Elle, souffle court, le regarde faire.
Lui, presque prétentieux de savoir… Arrogant même… Il se réjouit déjà de la suite…

Il sort de sa poche l’objet de plaisir de sa Soumise. Un petit objet vibrant qu’elle affectionne. D’habitude elle en maîtrise l’utilisation puisqu’il aime quand elle se fait jouir devant lui avec… Mais aujourd’hui… Elle va connaître une torture violemment vibrante… Et elle sait déjà ce qui l’attend…

Comment fera t’elle pour ne pas parler? Elle sait d’avance qu’elle le suppliera d’arrêter de la torturer de plaisir… Cette question lui brouille le regard… Il le perçoit.

Il est son dominant et il sait exactement ce qu’il se passe dans sa tête. Il la VOIT.
C’est alors qu’il la rassure… « Ne t’inquiète pas… Tu sauras rester silencieuse… Et je vais t’aider. Ouvre la bouche »

Elle ouvre la bouche et lui sort naturellement une gag ball. Il lui enfourne dans la bouche. « Est ce que cela te plait?? Ooh….Tu ne peux pas répondre? » Lance-t’il d’un air narquois….

Elle ne peut que répondre par un regard inquisiteur. Il a décidément tout prévu…

Le silence est rompu. Non par un râle ou un soupir… Mais par le bbbzzzz qu’elle ne connaît que trop bien. Il la regarde fier comme s’il possédait l’arme fatale… Il possède l’arme fatale.

Elle ne porte pas de culotte. Et son sexe est comme son Dominant lui avait demandé qu’il soit: lisse. Il est même lisse et glissant à cet instant.

Il décale la table vient se poster face à elle, sur une chaise en face….

Bbbzzzz. Stop. Bzzzzz. Stop….

Bon dieu à quoi joue t’il? Se dit elle.
Il provoque, il nargue, il laisse à penser. Il se pince la lèvre inférieure. Ce signe si distinctif quand il est excité…

Ils sourient tous les deux
Lui avec les lèvres.
Elle avec les yeux…

Ces deux là sont connectés haute fréquence… 

Puis il s’approche. Il la regarde et la toise comme une cible qu’il est sûr de ne pas rater…

Elle n’a d’autre posture que celle dans laquelle IL l’a mise. Bras en arrière poignets attachés, jambes écartées et chevilles prisonnières… Bouche obstruée.

Bbzzzzzzz

Son bouton est déjà sensiblement enflé… Et lui va s’y attarder…
Il commence par passer son index pour s’assurer de l’excitation grandissante de sa jolie poupée.

Puis un doigts la pénètre. Puis deux ou trois quand il l’aura décidé.

Elle ne le quitte pas des yeux. Écarquillés qu’ils sont, seul moyen d’expression…

Bbzzzzzzzz…

Il entreprend la torture doucement.
Les vibrations sont d’abord dans l’entre cuisses… Puis autour de son étoile… Elles remontent maintenant sur les lèvres humides de son sexe incandescent.

Ca y est… Il approche de sa zone sensible. Elle ne maîtrise rien d’autre que ses gémissements… Et encore.

Il passe et repasse, frôle son clitoris qui fait immédiatement réagir les nerfs de son corps.
Il s’attarde, recommence, insiste, arrête. 
Elle le supplie du regard mais lui fait mine de ne pas voir… 
Il recommence, encore et encore.

Son corps est sculpté des muscles qui se bandent sous la pression tortureuse de cet objet de plaisir.

Ce plaisir extrême qui en devient insupportable. Mais a t’elle autre choix que de supporter? Il décide de l’endroit précis et choisit même celui qui l’a fait tressaillir la seconde d’avant…

Il l’observe: ses yeux qui le regardent et l’instant d’après qui se révulsent, cette bouche qui serre la boule noire trouée, la bave qui dégouline doucement de l’orifice obstrué…

Il la torture et y prend un plaisir fou…

Il décide de ne pas la faire jouir. Pas maintenant… D’autant plus qu’il sait que les sensations clitoridiennes sont décuplées après l’orgasme… Et qu’il s’en régalera plus tard de la torturer encore juste à ce moment là… Cette pensée sadique lui fiche un sourire sur le visage… 

Il se lève et arrête le bbbbzzzz infernal.
Elle est épuisée par tant de sensations à la fois frustrantes et à la fois  tortures… Elle aurait dû être vaginale! Cette pensée la fait sourire… Intérieurement. Elle est pantelante, les muscles de son corps sont à la fois tendus et épuisés… 

Elle reprend son souffle. Elle rassemble son esprit et reprend possession de son corps. 

C’est incroyable comme un corps peut dominer un esprit s’il est titillé de la sorte. Son corps qu’elle connaît par cœur et qu’elle fait jouir tous les jours… Sous les doigts de son Dom, telle une marionnette, c’est son corps qui a pris le pouvoir pour la soumettre aux sensations exquises mais parfois insupportables de plaisir…

Il détache les chaînes et libère la prisonnière de tout ce qui la contraignait. Elle suit les ordres et se lève difficilement… 

Les mains déliées il l’embrasse fougueusement et lui fait sentir son excitation sous son pantalon…

« je n’en ai pas fini ma jolie… » Lui dit il dans un souffle …

 

Il lui attrape les poignets et lui accroche en haut d’un tuyau poussiéreux…

image

Doucement il s’éloigne. Elle est là devant lui, jupe troussée sur ses fesses, 
Dégoulinante littéralement de cet orgasme qui n’est pas venu…

Presque sur la pointe des pieds, bras au dessus de la tête, elle s’agrippe comme elle peut…

Il la regarde avec tant d’amour.

image

Il la regarde fixement tandis que….. Fffffffffffffff

Ce bruit… 
C’est celui que fait une ceinture quand elle glisse entre les passants d’un  pantalon…

Elle sait à cet instant ce qui l’attend…
Il lui fait d’abord humer le cuir… 
Puis doucement il enroule le cuir autour de sa main ne laissant libre que la longueur suffisante pour le sévice… L’un de Ses vices.

Il commence la danse du cuir et du corps en réaction. Il aime le tressaillement des seins sous le geste reflex de ce corps qui subit…

Il place délicatement des pinces à seins sur les tétons de sa belle… Elle gémit de douleur sous la pression de ces mâchoires qui se referment…

image

Elle le regarde insoumise. Ça l’excite.
Elle baissera les yeux. 
Il admire sa résistance. Il admire son insoumission. Il la vénère en ce moment. Elle qui lui offre son corps, a l’orage qui est en lui et qu’elle seule va chercher…

Les coups de ceinture sifflent dans le silence. Les bruits rauques que sa gorge laisse échapper lui rappellent la douleur qu’elle endure. Il fait attention au moindre geste, au moindre son.
Curieusement, ce moment témoigne de tout l’amour qu’il a pour elle.

Chaque trace, chaque rougeur la tatoue de son emprunte à lui. De sa fureur instinctive.

La vue de marques sur sa fesse, à peine visibles à la lueur de la bougie l’enivre.

Il sort une corde et entreprend un bondage autour d’une de ses cuisses. 

La corde est blanche et ressort dans l’ombre de cette cave en vie.

Il entoure, serre, sculpte, noue, fixe, attache ce corps qui devient son œuvre.

Elle ne le quitte pas des yeux. Elle sent la morsure de la corde rêche sur la peau délicate de son entrejambe et de ses fesses.

image

Une pointe de pied, une jambe pliée. Il la façonne.

La position n’est guère confortable. Elle lui montre de ses yeux écarquillés… 

Il s’éloigne. Disparaît dans la pénombre et revient la photographier.

« Que tu es belle ma jolie poupée écartelée »

Il s’empresse de défaire cette œuvre éphémère… De redonner à sa belle forme humaine…

Il la serre dans ses bras, lui masse doucement les parties du corps qu’il pense endolories… La fait asseoir et la cajole… Il approche un verre de sa bouche pour l’hydrater, elle boit goulûment le nectar encore frais.

A cet instant il l’a regarde avec ses yeux mouillants, ému par tant de dévotion et de beauté. Il sent son besoin de réconfort. Il l’a prend sur ses genous et la cajole comme un père cajolerait sa petite fille. Il aime cette sensation. Elle s’en remet totalement à lui. Il est conscient de sa responsabilité. A cet instant il est pleinement SON Dom. Et elle est entièrement SA Soumise.

À portée de main des fraises… Son dessert…son fruit préféré.
Il en saisit une et doucement la lui fait glisser sur ses lèvres… 
Le parfum est exquis…

image

Trempée dans le coulis de framboise c’est encore meilleur… Le jus coule le long de sa lèvre. Sa langue vient lécher le suc sucré du fruit. Que c’est érotique.

image

La bouche de sa soumise le fascine… Il alterne la fraicheur du fruit et la chaleur de son doigt. L’orifice est gluant et sucré, la salive se mêle au jus.

Ses doigts se font plus pressés et inquisiteurs.
Ils visitent sa langue, sa gorge, et sa glotte non sans provoquer le délicieux râle du haut de cœur. Il aime là encore être maître des réflexes innés de sa Soumise… Il va de plus en plus profond.
Elle essaye de maîtriser cette invasion dans sa gorge. Elle sait que de toute façon, il aura raison d’elle. Mais elle ne lâche rien, les larmes ruissellent le long de son visage…

image

Là encore ces larmes le stimule… Il les attends à chaque fois… Il sait que quand elle jaillissent il approche les limites de sa soumise. Il aime la pousser à les dépasser… Et il sait qu’elle fait toujours de son mieux pour satisfaire le sadisme de son dominant, endurée en durée.

Elle endure. Il est dure avec elle. Ses doigts s’enfoncent et fouillent sans vergogne la bouche saveur fraise de sa Soumise…elle semble hypnotisée par la sensation pénétrante de ce Dominant impertinent.

Il prend le temps de regarder ses doigts. Entrer, s’enfoncer, ressortir et s’enfoncer encore. Il est comme hypnotisé par ce jeu de pénétration. Parfois il l’étrangle pour mieux la soumettre et la dominer… Toute la cérébralité de leur relation pourrait s’exprimer ici. Un plaisir de Domination pure…. Grace à SA Soumission à ELLE. 

Il pince ses lèvres, son excitation grandit, l’hypnotiseur hypnotisé à son tour. Il est tendu et se contient. Plus pour longtemps.

D’un geste, il lui fait comprendre de se mettre à genoux. Elle s’effondre à ses pieds et l’étreint au niveau des genoux. 
Le tissu de son pantalon noir est d’une douceur exquise sur son visage humide et larmoyant.

Il la laisse  récupérer 5 minutes mais pas plus. Il n’en a pas fini. Sa fureur à grandie, il est temps qu’elle sorte.

Il pose sa main sur sa tête, savoure ce moment de calme avant l’orage… Il devine qu’elle aussi profite de ces derniers instants avant ce qu’elle devine arriver.

Puis sa main glisse sur sa joue et vient lui soulever le menton, elle le regarde d’un regard doux et enjôleur.
Il lui rend d’un regard noir et excité. Elle SAIT. L’orage gronde en lui… 

Sans qu’il lui demande elle ouvre la bouche. Son pouce plonge à  l’intérieur violemment. Il en ressort et l’instant d’après le claquement d’une gifle s’élève dans l’air moite de leur univers.

Elle le regarde bien décidée à ne pas baisser les yeux. Les gifles reprennent, à gauche, à droite, elle soutient le regard de son Dominant. Pour le moment il aime ça, ça attise le feu qui est en lui, comme le vent attiserait les braise du désir.

Il défait le bouton de son pantalon, et lui plante son sexe turgescent dans la gorge. Il tape au fond de cet orifice oral la tenant par le cou pour sentir de ses mains la profondeur de la pénétration. 

Parfois il l’étouffe volontairement, appuyant sur sa bouche de la force de ses reins.

D’autre fois pour la forcer à ouvrir plus grand la bouche, il lui pince le nez.

Elle peine à garder les yeux ouverts.

« Regarde-moi! » Râle t’il, elle ouvre les yeux et tente de maîtriser le rythme de sa respiration calquée sur le rythme de ses pénétrations, irrégulières.

Quand la tension est trop forte, il sort sa queue et lui gifle les joues de désirs.

« putain que ta bouche est bonne… »

Il est en transe, il n’est presque plus là, elle est son objet, il la baisera uniquement comme ça… Il sait qu’elle aime ça. Et bon dieu qu’il est fou de cette femme… Une telle féminité à l’état pur, il la trouve tellement belle, forte et désirable.

Il la gifle de plus belle. « Baisse les yeux! » Ordonne-t’il. Le ton de sa voix est profond, nul moment de désobéir. Il la protège de sa violente furie, elle le sait.

Elle baisse les yeux…

Le plaisir monte, il se maîtrise encore. Un peu… Il rentre, il sort, il rentre, il sort, il rentre et explose d’une jouissance inouïe sur son visage et sa bouche. Il jouit si puissamment, que des giclées pulsent et parsèment de gouttes blanches ce visage attentif et avide de ce moment précis où la décharge explose.

Il est à mille lieux de là, loin si loin dans son intérieur. Dans monde à lui, dans son for aussi.

Sa grotte inaccessible au commun des mortels, juste pour lui et celle qui partage son obscur plaisir.

image

Elle est là à ses pieds emplie de joie de l’avoir fait jouir. Il la caresse mécaniquement. Il n’est pas encore revenu du tréfonds de ses entrailles.

Petit à petit il revient, et la chérie. Il la protège droit au dessus d’elle. Elle recroquevillée tel une gazelle étourdie d’avoir échappé au lion.

image

Il revient à lui et reprend conscience… A ces pieds celle qu’il aime plus que tout autre femme. Celle qui le touche, celle qu’il ressent comme son égale inversée.

Il redescend et savoure ce moment de plénitude. Il ne sait plus combien de temps tout cela a duré. Le temps s’est arrêté comme à chaque fois qu’il la voit…

Elle l’embrasse et le regarde avec tant d’amour son Dominant. 

Elle n’a pas jouis. Elle n’y pense même pas, tant elle se remplie de sa domination. 

« Assied toi face à moi »… 
« Tu mérite tellement une jouissance aussi »

Elle tire une chaise et s’assoit face à lui, jambes écartées et sexe trempé.

« Tu peux te caresser… » Elle s’empresse d’obéir portée par l’excitation de tout ce qu’elle a enduré mais surtout par le regard de son Dom qui se pose sur elle… 

Elle se caresse et s’expose à lui… 

Il se lève, l’observe, la contourne… 
Il décide de concrétiser son envie de départ… 

« Lève toi… « 

Il l’entraîne vers le porte du fond qu’il ouvre dans un grincement aigüe…

image

A l’intérieur, le même soupirail que dans la cave… Laisse passer un air frais qui ravigote ce corps qui se réveille…

image

Au fond de la pièce des grilles, sans doute de vieux porte-bouteilles du siècle dernier…

Il l’attache aux barreaux… Le corps en croix…comme sur la croix de saint André.

image

Elle devine le fond de ses pensées. Elle sourit et respire profondément… 

Bbzzzzzzzz

Et son corps part… Son esprit s’envole, elle perd presque connaissance à ce plaisir insolent que lui impose son Dominant. Jouir? Mais ce sera insupportable! 

Il sait que c’est la pire des tortures pour elle. Il s’attarde, force, oblige, s’impose il veut qu’elle jouisse. 

Elle résiste. 

Ne pas jouir, ne pas jouir, ne pas jouir… 

Mais c’est si bon, trop bon, elle va exploser entre ses mains et se répandre en mille morceaux à son tour.

« Nnoonnnnn » le premier mot qu’elle prononce depuis qu’ils sont descendus dans l’antre du désir.

Et l’orgasme sismique lui traverse le clito lui remonte dans les reins, elle ne peux plus s’empêcher de crier son plaisir insupportable… Seule, elle aurait retiré le vibromasseur et ses vibrations insoutenables sur ce clito gonflé de plaisir… 

Mais elle ne peut rien faire qui irait en ce sens, elle supplie, se contracte, pleure, hurle de tout son être. 

Quelle torture maléfique! 

Elle n’est bientôt plus là. Elle a quitté son corps…

Son Dom perçoit son douloureux plaisir et retire le vibro pour y mettre sa langue et pincer, suçoter, aspirer de ses lèvres ce clito triomphant… 

La tension a baissé d’un coup… Un plaisir incommensurable succède à ces pulsations électriques… 

Elle remonte peu à peu dans sa conscience, elle qui s’était enfoncée  dans l’éclat luisant d’un plaisir inhumain.

Ses muscles se décontractent et son corps souffle enfin…

« Que je t’aime ma Soumise »

« Que je vous aime mon Dominant »

Pantelante, chancelante, il la détache et la porte dans ses bras…
Il l’assoit dans un fauteuil qu’elle n’avait pas remarqué…

La couvre d’une couverture douce et parfumée… Il est à ses petits soins. Sa Soumise à repris le statut de princesse… Il s’occupe d’elle.

Bientôt, ils iront prendre une douche bouillante. Bientôt.

Mais avant… Ils ont quelque chose à signer…

Le contrat qui les lie… 

Article 1…

image

Linsoumise

Henrydelanoche |
Ma nouvelle vie aux pieds d... |
Lesangesdechues |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rencontrextreme
| Hommesexy
| The method that is simple f...