Horizon à perte

Horizon à perte

.

Les maux sortent et se couchent à l’encre de ma vie.

La bride serrée à mes vœux d’entendre crier jusqu’à sans vie.

Ma perte sublime aux désordres déshumanisés, impitoyables,

niches humides et moites, aux liqueurs avilissantes.

Je t’ai construite telle que tu es, mon obsession.

J’ai projeté mille horizons en impasses matérielles:

les minutes lucides et solitaires, en lisières de mes nuits comateuses,

aux cadavres agonisants, béants et ravagés, qui m’incarnent,

m’animent et me muent, en quête d’enveloppe,

où déverser les infinies ramifications, de mes sublimes abandons.

Je cultive sans relâche, sans honte, et compulsif,

errant de solitude en solitudes, confluant à moi même.

Explorateur des confins virtuels, bâtisseur appliqué

au « soi » profond, jusqu’à l’oppression intime

d’une cage alors, devenue, trop étroite…

Au crépuscule, à la naissante frontière incarnée mes abattages triomphants aux souffles brûlants,

aux râles d’agonies, à mes folies fantasmatiques.

J’ai bâti un empire que je dépose à tes pieds, ma Soumise.

Ton soleil.

Mon bien le plus précieux, le plus intime, mon horizon à perte.

Bâti dans la douleur de mes prisons passées,

sublimant mon abandon, en quarantaine passée, en édifice silencieux,

monolithe imprenable si je n’en donne clef.

je l’ouvre à toi, mon âme, ma Soumise, en terres vierges,

prends soin d’ailes , toi qui en a, sans toi, que des rêves,

j’en ai lasse, impasse de ma vie, le temps fuit..

Offre moi tes plus belles douleurs, abandonne toi, mon âme..

Toi qui repousse, m’obscure limite, lève le voile,

j’ai fait ce que je savais le mieux faire.. Construire.

Te reste lent-vie, en pur abandon. Exploite.

À mes heures sombres, cruelles, je t’expose en déchéance

mes yeux qui font baisser les tiens, à l’approche.

Là où va Sex-traire le jus d’excitation, Ô cristalline.

Un rire qui se perd sur ta bouche, cédant place,

tes bras m’enlacent, en confiance, je te transporte

aux confins exploratoires, sans filigrane.

L’épaisseur d’un voile : tout un monde entre nous

Je t’envisage mes horizons à perte de vue.

mise en laisse, à genoux, je lève ton regard à mes yeux

Pour t’offrir mon plus beau cadeau: Moi.

.

Parloire

Horizon à perte

Une Réponse à “Horizon à perte”

  1. monbdsm13 dit :

    C’est sûrement l’un des plus beaux textes que vous m’ayez écrit… j’en reste émue mon Dhom…
    D’autant que j’en comprends les méandres redoutables… l’(in)existence antérieure, un moi véritable à l’ombre d’un elle imposant, moral et principes, amour égoïste d’une relation destructrice…
    J’aspire à votre liberté qui colle à la mienne, à notre decouverte émotionnelle et complice, ravageons nos cœurs et exhumons nos moi amoureux…
    Nous sommes là, forts et indépendants, divinement complémentaires, savoureusement endiablés…
    Le fil de nos vies se lie et s’attache, à nous exalter sans vergogne vers ces émotions qui nous appellent, telles les chants de sirènes que nous ensorcellerons a notre tour pour construire et avancer…
    Car je suis une bâtisseuse. Soyez en l’architecte… nous allons faire de grandes choses à nous deux…

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.

Henrydelanoche |
Ma nouvelle vie aux pieds d... |
Lesangesdechues |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rencontrextreme
| Hommesexy
| The method that is simple f...