Bouches-Bées

Bouches-bées ,

Dévastant l’adversité, d’un regard en un sourire,

l’alphassurance trouble sans un doute, j’attise..

Rictus en commissure, condescendance propriétaire,

laissée à ma main, salivant aux lèvres félines.

L’hache-hâte vibre sous tension, odeurs métalliques.

Tes bouches scellées, très chastes dégoulinent…

L’effort sex-herses, flairs-aumônes aux-pressions,

rassemblant l’assemblée intimiste du chenil,

en fosse aux hyènes excitées, vortex de meute aux abois..

Focalisant en l’objet hypnotique : mon fauve domestique.

Insoumise à ma suite, à ma chaîne, déambulants tranquilles.

Ça ricane dent-vie, tombées en silences, impassibles,

pas feutrés et queue basse, les femelles badent.

L’épine se hérisse, propriétaire. Ma main câline apaise: observe.

Haut en bas répétitifs, acquiescent cent maux

ne re-gardent pour elles que des miettes impalpables.

Mâles en souffrance, affamés, à la curée insatisfaisante,

cherchent des doigts ta chair fraiche alléchante.

Orifices, mon emprise. Mains de surface.

.

J’observe en prêt, bouteille scellée à l’amer,

Mâles-heureux caressent en vagues, inlassables?

Laissée à ma main, les bouches écument..

Les frustrations montent? sourire canin, en jeux du cirque.

Droit d’en-vie ou de de boucherie, ton empereur attise.

Les mains s’acharnent, félin en-prise, écartelé, forcé.

Rugissement bâillonné, excitations sous contraintes.

Chaîne tendue, ma main attrape, écarte, et force;

l’attache ne saute, le cabot jape et sex-quive ruiné.

Tu m’excites ainsi offerte, docile dans l’arène.

Libérant ta bouche, en récompense soumise

En bouche ouverte tu te figes..

sans en perdre une goutte, je referme ta bouche.

Et puis le bâillon scelle.

.

Les frustrations tempêtent au dehors, en dedans.

De mon regard en un sourire, mes mots chuchotent.

Salive écumante, ma main essuie vers ta nuque, tendrement.

Regards en flèche: « déglutit, ça les excite.. »

Défit d’orgueils.. « ça m’excite aussi »

Laissée à ma main, les gueules aboient, la bouche pleine.

Les frustrations montent.

L’emprise au poing, l’empereur se retire, propriétaire.

Insoumise à ma suite, à ma chaîne, déambulants tranquilles.

Focalisant en l’objet hypnotique : mon fauve contraint

Lèvres écumantes, métalliques.

L’alphassurance trouble sans un doute, condescendance propriétaire.

La fosse au chenil, frustrée se jette à la curée

Sur les femelles qui badent, bouches bées..

Sourire canin, enjeux du cirque.

.

Parloire

Bouches-Bées

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.

Henrydelanoche |
Ma nouvelle vie aux pieds d... |
Lesangesdechues |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rencontrextreme
| Hommesexy
| The method that is simple f...