Sa Bouche…

Ôh!

Cette bouche !

Fetichiste de la Bouche que vous êtes!

Abandonnez-vous entre ces lêvres humides,

Plongez-y vos doigts ou votre langue,

À moins que votre queue y goûte le suc délicieux!

Qui a le pouvoir, dites-le moi!

Vous fondez, avouez-le!

Alors prenez ce qu’il vous faut et montrez-moi qui prend l’autre….

IMG_0211

 

 

Par la bouche…vient le mot!

Le pouvoir exhale, sans bruit, aussi

Inarticulé, le son muet d’un filet d’air

Inexistant, comme alors cette volonté.

La bouche s’ouvre, le son sort aussi

C’est la jouissance qui explose

Cercle audible , du fond de l’âme

Douloureux presque, mais sublîme..

La bouche acceuille, encore, et toujours

toute mon envie. Bouche ouverte,

bouche offerte, disposant le creuset

à la coulée brûlante d’une autre explosion!

Jouissance troublante.. toujours des yeux

Pour matter cette bouche, admirer, aduler..

La bouche fascine, ta bouche m’obsède

ma Soum, ta bouche, putain !..

Je la baise ta bouche, outrageusement.

Je prends, d’ailleurs, je prends! 

ma bouche melange mes doigts, 

maelström de pulsions sauvages,

Là, juste là, raison abandonnant ,

Ton corps objet Soumis a ma folie..

Dirigeant capricieux, au doigt fasciné ,

menée par la gencive, Par le bout du doigt!

Insoumise, Mouarrrrrhh!! Je jubile putain!

Me yeux brulent d’exprimer, de posseder,

de fourrager ta cavité bucale..

Sourdes envies crépusculaires, ce soir

Ma pute, ce soir encore, tu vides le demon..

Ce mors equins de fortune te va si bien,

Bouche vide, bouche a vider,

Tu vas recevoir et partir pleine a souhaits..

Caresse encore avec ta langue,

a peine ta levre gonfle, et plate

Abusée, va et vient, encore et encore.. fascinée par mes desirs; coups de reins pulsionnels

Tu m’abandonnes ton corps, fétus de paille,

emporté dans ma folie tumultueuse,

d’exhorter l’orgasme apothéotique.

Alors, princesse, alors, dans ton palais

au chaud bien douillet, j’entrerai fracassant

et soubresaut aidants. Tes mains , repoussant mes limites, le demon aidant

Prenant possession du lieu sacré,

Mes mains sur ton crane implacables.

j’hurlerai ma rage de te posseder par ta bouche chienne, 

La liberation fantasmatique que ces levres ont appelé…

Je tremble…

Je frissonne…

Je gronde…

Je petrie…

Mes accoups faiblissent…

La vague se retire

Et la conscience reprend sa place…

Qui prend l’autre? Je ne le sais pas

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.

Henrydelanoche |
Ma nouvelle vie aux pieds d... |
Lesangesdechues |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rencontrextreme
| Hommesexy
| The method that is simple f...