lâcher prise haute vitesse

 

IMG_7456

 

 

Fermez les Yeux Ma Soum,
Faites moi confiance,
Laissez vous guider,
Je vous emmène en courbes délicieuses.

habillés en cuir, bâillonnés par nos casques, claqués par le vent, MA Soum a du lâcher prise à mon contrôle tout en gardant le lien en s’agrippant à moi, Elle a mal au cul, j’ai mal aux épaules, on était tous les deux hagards après nos 2h de roulés/boulés, et l’after-care fut long pour nous ramener.

J’ai donc offert sur un plateau à Ma Soum toute l’expérience de mon pilotage. J’ai dû me mettre à ses limites à elle, alors qu’on ne pouvait communiquer facilement. La pousser en dehors de sa zone de confort pour qu’elle passe au-delà de ses angoisses dans un lâcher prise imposé mais sans viol. L’exercice est difficile avec un engin de 200cv, autant pour elle que pour moi.

Ne connaissant pas du tout ce RSV4, j’ai pris 50km de courbes le matin pour me faire un peu la main et découvrir ou étaient mes limites du moment avec la machine et les conditions extérieures.
Puis, Nous nous sommes donnés rdv en bord de mer, au milieu de motards et de motos. Ma Soum est arrivée là, dans un boucan d’enfer avec son bobber atypique! (ligne de pot 2 en 2 forcement on se retourne)
La tension était palpable comme toutes les premières fois. J’étais assez serein, mais je ne voulais pas la perdre dans ses peurs, et là… j’avais la pression, pour atteindre ses limites, on allait toucher forcement les miennes.

La moto attirait le regard des motards. Nous étions, avec la moto, habillés sans éclats: noirs, mats, sobres.
Je l’ai démarrée.
L’air a pris les fréquences et s’est mis à bouillonner d’ondulations acoustiques. Ma Soum a ses yeux qui se sont agrandis, et un sourire d’angoisse lui a barré le visage. Les basses fréquences pénétraient son corps. Le temps se figeait pour elle. Elle ne pouvait plus reculer, une fois qu’elle aurait enfourché derrière son Dom, elle n’aurait que son ‘safemouv’ pour arrêter le processus.

Nous sommes partis doucement dans le flux, Température moteur 55°C. Laissons donc le temps à tout le monde de se mettre en place. La première portion qui allait nous extraire du bord de mer après la traversée de la ville est une portion que je nomme les « enroleurs » (ça dure 9Km) avec un bitume sans défaut, des courbes sans surprises, connu et reconnu. Avant d’entamer, je demande si ça va? La réponse est positive. 

T=75°C, je dose doucement l’accélération pour dépasser 2 charrettes et commence tout doucement à enrouler les courbes sans attaquer, mais en donnant du rythme. Je patiente derrière les charrues vites rattrapées, et attend une bonne visibilité pour doubler doucement. J’enchaine les courbes et ressent doucement ma Soum se raidir. Son attitude se crispe légèrement elle sait qu’elle doit rester dans l’axe, j’ai dépassé ses limites. En un instant, je me refais le film des quelques point de passage effectué, et corrige ma conduite pour adoucir des cotés naturels peuvent être trop incisifs pour elle. Je fais le choix de continuer, en Enroulant les courbes sans trop freiner, et en accélérant doucement. Je pose ma main sur la sienne. « Attention je vais doubler là » lui dis-je et j’ouvre plus fort pour dépasser . Je freine doucement sur l’angle longtemps en avance, repositionne la moto pour le virage à 90 dégagé et appuie le frein pour positionner la moto a une vitesse raisonnable pour elle..  »HAAaaa je vais mourir!… » elle a crié. Elle a eu peur. Je baisse le rythme, la vitesse c’est trop difficile pour elle, pour l’instant, je finis les quelques grandes courbes sans freins, sans accélérations franches, et m’arrête.

 -ça va?

-J’ai peur, ça va trop vite. Les à-coups j’aime pas. T’es obligé d’accélérer en sortant du virage? j’ai peur qu’on glisse. J’aime pas qd tu freines tard, j’aime pas qd tu freines qd on est penchés. J’ai peur qu’on glisse. C’est pour ça que moi je roule doucement. Là! J’ai failli mourir. J’ai peur. Je suis accrochée à toi…
-… veux-tu que je roule 2 tons au-dessous?
-oui.
-dis-moi si tu veux aller plus vite qd on roulera?
-nan, doucement c’est bien aussi tu sais?
-oui, tu sais, on a une moto très saine, les pneus pour rouler sur circuit, je fais très attention à nous.
-oui mon Dom..
-je ne veux pas que tu subisses. tu dois me dire..
-non fais, je te fais confiance.
-je veux me mettre à ta limite, ce n’est pas facile pour moi de tout ressentir de toi, je dois gérer la moto, les paramètres externes, et ton ressenti. tu dois me communiquer ce que tu ressens pour que je m’adapte à toi, et pas l’inverse..J’ai entendu ses peurs. On repart doucement. Je roule comme une voiture maintenant. pas de freins, pas d’accel. Passages en courbe très rassurants. On fait quelques km de courbes sinueuses ainsi. Je la sens se détendre, elle me caresse. elle tourne la tête pour regarder la Sainte beaume.. Elle passe ses mains entre mes cuisses, me touche la queue. Remonte sur mes abdos, ma cage thoracique. Tiens? Il semble que Ma Soum fantasme son pilote. Croisement. je m’arrête: ça va? (avec un sourire qu’elle ne voit pas)
-là c’est très bien!
-on va monter vers le circuit du castelet, les courbes sont plus rapides. Je vais donner du rythme, mais je ne freinerai pas fortement, ni j’accélèrerai fortement, par contre les courbes seront plus rapides et l’angle plus grand.
-la vitesse ne me fait pas peur… en ligne droite.
-tout le monde peut accélérer en ligne droite ma Soum. Avec moi, c’est les courbesElle est rassurée, a repris confiance. Je fais très attention à ses signaux. Tous mes sens sont en alerte. Je ne suis pas là pour moi, mais pour Ma Soum, et pour notre Partage. Je prends le plaisir de ces 2 composantes et du plaisir de faire ronronner le V4 à bas régime.
Nous prenons donc la « route du Bol ».. Une part de moi se rappelle à chaque courbe les glisses de ma jeunesse insouciante, j’ai le temps d’y penser aussi. Ici Je dissèque mon pilotage pour lui servir des sensations sur des points particuliers.
Si je freine, la courbe sera alors très lente pour qu’elle récupère ses repères naturels.
Si j’accélère, c’est en ligne droite, et je décélère alors plutôt que freiner. Puis prend la courbe directement en pleine vitesse sans ré-accélérer en sortie.
Je règle L’antiwheeling et l’antipatinage au Maximum, me permettant de ne pas me poser les questions du dosage d’accélérateur.. Enfin pas trop.
Elle ne se crispe pas, elle trouve le temps de se détendre dans des bouts droits pour me toucher. Elle est en confiance. Je suis vraiment rassuré.
-ça va ?
-ouii !
La descente sur le Bosset, s’effectue alors avec des enchainements de 2 courbes sur un rythme un peu supérieur. Puis des pauses sur les bouts droits ou lorsqu’il y a des charrettes. Pour qu’elle se remette dans sa nouvelle zone de confort (elle a déjà beaucoup évoluée).  Elle me montre tout de même les panneaux destinés aux motards.. Si elle peut lâcher ses mains, c’est :
1-qu’elle est en confiance
2-qu’on ne va pas assez vite.
Je note et garde donc ce rythme jusque en bas.
Le pilotage devient plus difficile pour moi. J’ai l’habitude de me décaler sur la moto, d’être libre de bouger pour poser les genoux au sol.
Ma soum ne peut bien se tenir au réservoir ses bras son trop courts, en plus ma position est reculée, et sa selle très petite… du coup je reste dans l’axe, mes sensations sont différentes.. Étranges.
Le rythme est déjà supérieur aux premiers tours de roues dans « les enroleurs », Je ressens sa confiance et son lâcher prise, je garde donc le rythme dans sa zone orange, et la laisse profiter de ses sensations… Je ressens peu d’Emotions, je suis concentré, dans le contrôle de tout, les paramètres semblent infinis.. Constance dans ma maitrise. Mais tellement heureux de sentir sa présence derrière moi, de sentir son contact aux freinages, de toucher sa main dans les courbes..
Je m’arrête pour faire demi-tour. Et lui pose différentes questions en fonction des différents virages abordés, notamment une courbe parabolique qui se referme et que j’ai pris à une vitesse normale.
Elle me dit que ça va et me demande si j’ai vu les panneaux ? MA Soum.. Vous préférez que je regarde les panneaux ou que je regarde la route ? Rires. Des motos passent… mon cerveau reptilien frissonne.
-tiens on va rouler avec eux.
-pourquoi faire ?
-pour voir comment ça roule ?
-non ça va mon Dom, tranquillement c’est bien !..
Je ferme ma visière à ses demandes et pars tout doucement…
La dernière moto est à 500m. Sans freiner, sans accélérer par à-coups, je dose le pilotage pour arriver derrière elle. C’est le mulet du groupe des 3 hypersportives loin devant maintenant.. Je suis serein, les emotions affluent en moi comme une perfusion.
Je fais découvrir à mon chaton, comment un félin joue avec sa proie sur ce terrain de jeu. Je me positionne décalé, pour qu’une erreur de trajectoire l’éjecte de la nôtre. Je roule tranquillement et fais monter la pression. Je ne freine toujours pas, Lui si. Ma soum est captée, je le sens.. Le rugissement du moteur de l’autre moto, son pot n’est qu’à un mètre cinquante de nous, fait monter l’adrénaline. Hyper lucides d’une situation dynamique, nous regardons l’autre évoluer sans vitesse relative, comme si nous étions sur un parking. Je reste là, à donner le temps à ma soum de s’habituer à cette nouvelle émotion. Je le suis. Il me sent. Si ma soum me donne l’impulsion je dépasse. Je le suis.. Ce pilote subit sa moto. Il ressent que je le pousse, malgré notre allure très coulée. Il nous distance à chaque entrée de courbe, puisque nous ne freinons pas, mais passons terriblement plus vite que lui.. la souris n’en peut plus, s’écarte et nous laisse passer..
Dans ma tête je bouillonne, mon envie c’est d’ouvrir cette machine pour faire rugir en grand le V4 et bondir sur les 3 autres au loin.. Mes griffes sont à portée de leurs jarrets dans 5 virages.. Je remonte sans forcer le rythme pour laisser ma soum en confiance. Le rythme devient plus intense, les accelerations longues, et je commence à appuyer sur les freins. MA Soum se place correctement sur toutes les trajectoires, plus d’effets de refus de courbe. Se prend-elle au jeu ? Me voilà derriere Eux, je ne les dépasse pas. Je reste tout près, comme un fauve derrière ses proies. Les moteurs rugissent, l’ambiance est incroyable par la proximité.. Ma Soum fait corps avec moi.. et nous n’avons même pas commencé à attaquer.
Nous avons avalé encore des Kms de bitumes, de sensations, d’Emotions. Moments intenses, qui laissent le corps labouré de fatigue. Nos pauses étaient pour partager les sensations et voir ces grandes étendues fixes sous nos yeux qui nous changeaient du paysage défilant à toute vitesse. Ses limites ont été repoussées. Nous avons fait place a des souvenir intenses et positifs.La nuit, Nous revivrons encore nos Emotions.. J’ai vraiment adoré partager cela avec vous ma Soum.
IMG_7455
IMG_7432 IMG_7430 IMG_7453

 

2 Réponses à “lâcher prise haute vitesse”

  1. monbdsm13 dit :

    À N/notre jounée D/s….
    *******************************

    Appréhender ce moment.

    Tenter de faire confiance…

    Dire oui mais être angoissée…
    Se souvenir de mauvais souvenirs…
    Avoir envie d’en avoir de nouveaux…mais en beau

    Devoir faire confiance…
    Et dépasser des angoisses d’enfant.
    Ce n’est pas simple…

    Se retrouver face à ses peurs,
    écouter les bruits,
    Sentir les vibrations,
    chevauche diabolique.

    Puis les émotions…multiples…
    l’excitation, la peur, devoir faire confiance, ne pas reculer, subir les à-coups, ne pas céder à la panique…

    Lui confier ma vie.

    Lui faire confiance.

    Parfois crier, parfois prier… sans croire en Dieu. Mais on ne sait jamais.

    Puis voir que c’est possible.
    Balancer d’un côté puis de l’autre… Penser au pire et ressentir le meilleur.

    Se tenir à lui et le laisser mener les plaisirs. La puissance entre mes jambes…

    Se décontracter, commencer à aimer.
    Excitation, plaisir, de laisser faire et en vouloir encore.

    Mon Dom vous avez été merveilleux.

    Jai passé un moment intense qui m’a labouré le corps, qui m’en a mis plein les yeux, qui m’a épuisé d’émotion.

    Je me suis réveillée comme je me suis endormie. Vous serrant à la taille en vivant notre journée D/s…

    Cette sortie moto était juste parfaite.
    Et terriblement D/s : peur et confiance, s’en remettre à Vous malgré tout.

    Bon… j’ai faillis mourrir de peur 12 fois… vous le savez! Vous avez une conduite … sportive. Putain !!!!!! et vous n’étiez pas à fond! « que 237km/h »?? oui on peut mieux faire assurément……… o_O

    Merci mon Dom.

  2. parloire dit :

    MA Soum,

    Je me suis mis a nu, pour mettre un pied devant votre cercle.
    Vous vous êtes mise a nu, pour mettre un pied dans mon cercle.
    Progressivement, vous entrez dans mes univers et n’y restez indifférente.
    La moto vient de vous prendre. Les émotions sont terriblement intenses!
    Nous pouvons en rester la, ma Soum, vous risqueriez de me laisser entrer dans votre cercle.. à moins que ce ne soit déjà fait? :P

    Dernière publication sur Parloire : Aux-portes-Unités

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.

Henrydelanoche |
Ma nouvelle vie aux pieds d... |
Lesangesdechues |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rencontrextreme
| Hommesexy
| The method that is simple f...